Energie : Mitshubishi pour booster l’accès à l’électricité en RDC

Energie : Mitshubishi pour booster l’accès à l’électricité en RDC

L’arrivée annoncée en République démocratique du Congo, RDC, du géant japonais de l’électronique, de l’automobile et des infrastructures numériques Mitsubishi, représente une lueur d’espoir notamment dans le domaine du courent électrique pour les Congolais. Du moins si l’échange en fin de semaine dernière à Tunis, entre le Premier ministre congolais Sama Lukonde et Yasuteru Hirai, vice-président du groupe japonais, produisait effectivement les résultats escomptés.

La 8ème session de la Tokyo International Conference for Africa Development, TICAD8, tenue dans la capitale tunisienne de Tunis, a connu la participation remarquable d’une forte délégation congolaise, avec à sa tête le Premier ministre Sama Lukonde. Les discussions, en marge de ces assises, entre le Chef du gouvernement congolais et le représentant du groupe Mitshubishi, constituent d’après des analystes, une de retombées positives de cette présence congolaise à Tunis.

La RDC, pays très demandeur en énergie électrique, envisage de faciliter l’implantation du groupe nippon dans le secteur de l’énergie électrique, le développement des infrastructures ainsi que d’autres secteurs. Le groupe Mitshibishi compte en effet apporter son savoir-faire en la RDC dans les trois secteurs précités.

Le Premier ministre congolais Sama Lukonde et la délégation du Groupe Mitshubishi à Tunis (Photo droits tiers)

Il s’avère que la RDC figure parmi les pays ayant le plus faible taux d’électrification, malgré le colossal barrage hydroélectrique d’Inga

Toutes les études entreprises dans ce domaine démontrent à suffisance la carence énergétique dans les ménages congolais. Par exemple à Kinshasa la capitale, le déficit énergétique est de l’ordre de 850 mégawatts contre une demande estimée à environ 1 300 mégawatts. Selon la banque mondiale, le pays affichait en 2020, un taux d’accès à l’électricité de 19,1%. Rien à signaler également sur le plan national, où la production n’a quasiment pas évolué ces dernières années.

En dehors du secteur de l’automobile, Mitsubishi corporation développe des activités dans d’autres secteurs notamment l’énergie électrique, le domaine social et dans le développement des infrastructures.

Comme quoi, la collaboration annoncée avec Mitsubishi pourra donc, si tout se passe bien, booster le niveau d’accès au courant électrique dans les années à venir.