« 21 Mille $US au député » : Enfin la version de Nicolas Kazadi !

« 21 Mille $US au député » : Enfin la version de Nicolas Kazadi !

La voix du ministre des Finances était vivement attendue dans cette polémique née de l’affirmation qu’un député national congolais touchait mensuellement un émolument à hauteur de 21 Mille dollars américains. C’est fait ! Nicolas Kazadi vient d’apporter sa version.

Cela s’est passé sur les ondes de notre consœur Top Congo Fm.

« Je paie environ 7 mille dollars par député », a dit Nicolas Kazadi.

Une attitude du ministre congolais des Finances Nicolas Kazadi (Photo droits tiers)

Et d’ajouter que « Tous les restes, ce sont des primes, des enveloppes qui sont payées dans le cadre de dotation de fonctionnement ».

Pour l’argentier congolais, « Cela est fait à la discrétion de l’Assemblée nationale elle-même. Donc, ça peut varier ».

Des ajouts qui peuvent se justifier étant donné que « Ces députés disent qu’ils font de l’assistant social en permanence », explique encore Nicolas Kazadi.

Dans ce qui ressembler à une dénonciation, l’opposant Martin Fayulu, à la base de cette information controversée s’était clairement insurgé contre ce qui pouvait ressembler à une injustice sociale.

« Il m’est, en effet, difficile de comprendre que dans un pays comme la RDC où 70% de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, un député soit rémunéré 15 fois plus qu’un professeur d’université, 30 fois plus qu’un médecin et 200 fois plus qu’un huissier de la fonction publique. Cela veut dire que le député d’un pays classé parmi les plus pauvres du monde est rémunéré plus qu’un député français ou américain. Tout part donc en vrille ! », avait déclaré l’opposant congolais.

Sur cet angle, Nicolas Kazadi s’est voulu pédagogique : « Supposons que c’est 21 mille dollars, multipliés par 500 et distribués à tous les fonctionnaires, il n’y aura même pas 10 dollars par fonctionnaire ».

Malgré les différentes versions, les unes confirmant, les autres infirmant cette histoire de « 21 Mille $US d’émolument au député », il ressort toutefois de plusieurs observations que, loin de ce qui peut ressembler à une démarche destructrice de la part d’un opposant au pouvoir en place, Martin Fayulu pour ne pas le citer, la disparité et l’irrationalité des rémunérations entre les Congolais des niveaux différents, est une situation d’injustice à ciel ouvert en demeurant un problème réel. Le débat qu’a vivement soulevé ce dossier quel qu’en soi sa pertinence, aura le mérite d’avoir remis sur la table cette préoccupation majeure de la disparité insolente des salarires depuis de décennies en République démocratique du Congo, RDC.