Félix Tshisekedi tout feu tout flamme à la Tribune des Nations-Unies ! Quelques passages forts de son discours

Félix Tshisekedi tout feu tout flamme à la Tribune des Nations-Unies ! Quelques passages forts de son discours
President of the Democratic Republic of the Congo Felix Tshisekedi addresses the 77th Session of the United Nations General Assembly at U.N. Headquarters in New York City, U.S., September 20, 2022. REUTERS/Eduardo Munoz

Son discours était très attendu, principalement par ses compatriotes les Congolais, qui espéraient voir leur numéro 1 briser les verres de l’immeuble abritant le siège des Nations-Unies à New-York. Et c’est en 38 minutes environ que le Chef de l’Etat Congolais a pu déverser sa pensée ce mardi 20 septembre 2022, dans un speech qui aura tenu ses promesses, à analyser quelques passages sur la situation sécuritaire préoccupante à l’Ets de la République démocratique du Congo, RDC.

Dans son discours à l’occasion de la 77ème Session ordinaire des Nations-Unies, le président de la République démocratique du Congo, RDC, Félix Tshisekedi, a accusé mardi soir à l’ONU son voisin le Rwanda d’« agression » militaire « directe » et d’« occupation » dans l’est de la RDC, via également le soutien présumé de Kigali à la rébellion armée du M23. « En dépit de ma bonne volonté et de la main tendue du peuple congolais pour la paix, certains de nos voisins n’ont trouvé mieux que de nous remercier par l’agression et le soutien des groupes armés terroristes qui ravagent l’est de la République démocratique du Congo », a fustigé le président Tshisekedi. Et de marteler : « cette énième agression dont [son] pays est victime de la part de son voisin le Rwanda, sous couvert d’un groupe terroriste dénommé le M23 ». « L’implication du Rwanda et sa responsabilité dans la tragédie que vivent mon pays et mes compatriotes des zones occupées par l’armée rwandaise et ses alliés du M23 ne sont plus discutables ».

Félix Tshisekedi a ainsi clairement montré du doigt les forces de Kigali qui « occupent des localités de la province du Nord-Kivu par un groupe armé terroriste interposé, le Mouvement du 23-Mars, dit M23, auquel [le Rwanda] apporte un soutien massif tant en matériel de guerre qu’en hommes de troupes ». il a encore accusé le M23, « avec le soutien de l’armée rwandaise », d’avoir « abattu » en mars un hélicoptère de la mission de l’ONU, la Monusco, tuant huit casques bleus et « commettant ainsi un crime de guerre ».

Vue d’une partie de la salle lors du discours du Président Congolais Félix Tshisekedi (Photo droits tiers)

Selon un rapport d’experts missionnés par les Nations unies, dont l’écho a été entendu dans plusieurs médias, l’armée rwandaise a « lancé des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des forces armées congolaises » à partir de novembre 2021.

C’est ainsi que « le gouvernement congolais demande la distribution officiellement aux membres de Conseil de Sécurité du dernier rapport des experts de l’ONU sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC », a insisté Félix Tshisekedi.

La Rdc étant en droit légitime de défendre et de recouvrer son intégrité territoriale, le Président Congolais souligne qu’« Il est nécessaire de multiplier les pressions sur le Rwanda et le M23 et montrer plus de fermeté à leur égard » et « Il faut lever les obstacles à la restructuration des FARDC et  toutes les mesures restrictives de l’acquisition des équipements militaires pour la RDC ».

Face au prétexte souvent évoqué par Kigali pour justifier ses attitudes guerrières vis-à-vis de la Rdc, Félix Tshisekedi le balaie d’un revers de la main : « je soutiens que la prétendue «collaboration» que certains officiels congolais entretiendraient avec les opposants rwandais d, FDLR, dont se servent les dirigeants rwandais pour justifier les agressions répétées de la RDC est un alibi qui n’est corroboré par aucun fait ». Pour lui donc, « les FDLR ont été décapitées et réduites à néant par les Forces Armées de la RDC, FARDC, en étroite collaboration avec l’Armée rwandaise dans le cadre des opérations conjointes menées au cours de dernières années ». Et de s’étonner : « Dès lors, les Congolais se demandent de quelles FDLR parle-t-on ? Quel est le mètre carré du territoire rwandais occupé par ces fantomatiques FDLR ? A quel lieu précis du sol rwandais a-t-on vu un jour un seul soldat congolais ? »

Joignant sa voix à celle de plusieurs personnes dans le monde qui veulent voir la communauté internationale être plus agissante, Félix Tshisekedi rappelle que « Ni l’indifférence, ni l’immobilisme, ni l’attentisme ne sont admissibles de la part de l’ONU face à la menace contre la paix et la sécurité internationale (…) ».

Laisser un commentaire