Appel à la mobilisation générale : Le « oui, mais… » des camps Fayulu et Kabila

Appel à la mobilisation générale : Le « oui, mais… » des camps Fayulu et Kabila

Le discours à la nation prononcé par le Président Félix Tshisekedi le jeudi 3 Novembre dernier, continue d’enregistrer de réactions à sens divers.  Les dernières en date sont celles de deux tendances de l’opposition, respectivement pro Martin Fayulu et pro Joseph Kabila, l’ancien président de la République.

« Malgré notre investissement et les efforts fournis, la paix et la sécurité ne sont pas au rdv. Garant de l’indépendance, de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale, je réitère mon engagement constitutionnel de défendre la Patrie jusqu’au sacrifice suprême… A vous nos vaillants Soldats, qui avez pris l’engagement de servir sous le drapeau, je vous invite au sens élevé du patriotisme en ce temps particulier de notre histoire, de défendre notre pays, de protéger l’intégrité de son territoire  et d’assurer la sécurité des congolais contre toute agression…A vous mes chers compatriotes, la guerre qui nous est imposée par nos voisins, exige de chacun de nous des sacrifices. C’est le moment de taire nos divergences politiques pour défendre tous rassemblés, notre mère patrie. Restons tous unis et solidaires derrière nos Forces armées… », a dit en substance le Chef de l’État Congolais dans son discours à la nation le 3 Novembre et diffusée en direct sur la télévision nationale, Rtnc.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/11/03/tshisekedi-decrete-la-mobilisation-generale-et-met-en-garde-tous-les-traitres/

Du côté de la famille politique de l’opposant Martin Fayulu, la réaction est portée par la voix de Devos Kitoko, le Secrétaire général de l’EciDe.

« Nous sommes contents que Félix-Antoine Tshilombo emboîte le pas au commandant du peuple. À ce sujet, nous n’allons pas polémiquer. Nous avons besoin de renforcer notre cohésion nationale pour parler d’une seule voix et bouter l’ennemi dehors. Le reste de questions internes, nous allons les régler entre nous ».

Du côté du parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, Pprd, de l’ancien président Joseph Kabila, la réplique est venue de son Secrétaire permanent adjoint, Ferdinand Kambere.

« Jusque-là, (le président de la République, Ndlr) ne convainc pas encore. (Félix Tshisekedi, Ndlr) fragilise lui-même son propre appel à l’unité. Est-ce qu’il croit encore en sa propre armée, alors que nous avons de vaillants combattants? Nous voulons que les choses soient prises au sérieux. Nous sommes prêts à aider ce gouvernement à sortir de ce marasme ». Mais, Félix Tshisekedi « doit prouver qu’il est réellement engagé à résoudre cette crise en se désengageant des accords » signés avec le Rwanda, a martèle Ferdinand Kambere.