Attention aux fakenews : Voici le communiqué final du Mini-Sommet sur la paix et la sécurité à l’Est de la RDC

Attention aux fakenews : Voici le communiqué final du Mini-Sommet sur la paix et la sécurité à l’Est de la RDC

Le Mini-Sommet sur la paix et la sécurité dans la région orientale de la République démocratique du Congo, RDC, s’est tenu à Luanda, en Angola, le mercredi 23 Novembre 2022, à l’initiative du président angolais João Lourenço. A l’issue de cette rencontre qui était très attendue, un communiqué final  a été rendu public, dont le texte intégral ci-dessous, que votre média s’est procuré grâce à ses sources sur place en Angola.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/11/23/guerre-de-lest-le-mini-sommet-de-luanda-a-livre-ses-secrets-sans-kagame/

Le Communiqué final

1. A l’invitation de Son Excellence João Manuel Gonçalves Lourenço, Président de la République d’Angola, Champion de l’Union Africaine pour la Paix et la Réconciliation en Afrique et Médiateur désigné pour maintenir le dialogue entre la République Démocratique du Congo (RDC) et la République du Rwanda par la 16e session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine à Malabo, le 28 mai 2022, s’est tenu un mini-sommet sur la paix et la sécurité à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) le 23 novembre 2022, à Luanda, République d’Angola.

2. Le Mini-Sommet s’est déroulé en présence de Son Excellence Évariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi et Président par intérim de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Vincent Biruta, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Rwanda, représentant Son Excellence Paul Kagame, Président de la République du Rwanda, et Son Excellence Uhuru Muigai Kenyatta, ancien Président de la République du Kenya et Facilitateur nommé par l’EAC pour la mise en œuvre du Processus de Nairobi.

3. Mme Michelle Ndiaye, Représentante Spéciale du Président de la Commission de l’Union Africaine et Chef du Bureau de Liaison de l’Union Africaine en RDC, l’Ambassadeur João Samuel Caholo, Secrétaire Exécutif de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) et le Le général de corps d’armée Nassone João, commandant du mécanisme de vérification ad hoc, a également participé à la réunion en tant qu’invité.

4. L’objectif principal du Mini-Sommet de Luanda était d’établir un calendrier de mise en œuvre des actions prioritaires, en vue de la cessation des hostilités et du retrait immédiat du M23 des lieux congolais occupés, et de la coordination des opérations de Luanda et de Nairobi. Processus.

5. Les Chefs d’Etat se sont félicités des résultats des initiatives prises dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi, à savoir, l’opérationnalisation du Mécanisme Ad Hoc de Vérification, le 9 novembre 2022 et le déploiement des troupes de la Force Régionale à la Provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu en RDC.

6. Les chefs d’État ont félicité Son Excellence João Manuel Gonçalves Lourenço, Président de la République d’Angola, Champion de l’Union africaine pour la paix et la réconciliation en Afrique et Médiateur désigné par la Conférence de l’Union africaine, et Son Excellence Évariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi et Président par intérim de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), pour leurs efforts visant à rétablir la paix, la sécurité et la stabilité à l’Est de la RDC dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi.

7. Les Chefs d’Etat ont évoqué la situation sécuritaire dans la région de l’Est de la RDC et exprimé leur préoccupation concernant :

a) L’aggravation de l’insécurité et la persistance des actions militaires du M23 ;

b) L’acquisition par le M23 d’armes de plus en plus sophistiquées et d’autres moyens pour mener des attaques contre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et ;

c) La persistance des forces négatives et terroristes dans la région Est de la RDC, qui constitue une menace pour la paix, la sécurité et la stabilité dans la sous-région.

8. Le Mini-Sommet a décidé ce qui suit :

a) Cessation des hostilités en général, et en particulier des attaques du M23 contre les FARDC et la MONUSCO à partir du vendredi 25 novembre 2022 à 18h00 (Jour J) ;

b) Le plein respect des exigences des Communiqués des Conclaves des Chefs d’Etat du CAO des 21 avril et 20 juin 2022 (Processus de Nairobi), de la Feuille de route de Luanda du 6 juillet 2022 (Processus de Luanda) et du conclusions de la réunion extraordinaire des chefs d’état-major des armées du CAO (Bujumbura, 8 novembre 2022) ;

c) Poursuite du déploiement complet de la Force régionale ;

d) Intervention de la Force Régionale contre le M23, conformément aux décisions du Processus de Nairobi et aux conclusions de la Réunion Extraordinaire des Chefs d’Etat-Major des Forces Armées du CAO, tenue à Bujumbura, le 8 novembre 2022, en cas du refus du M23 de cesser les hostilités et de se retirer des territoires occupés ;

e) Retrait du M23 des zones occupées et leur retour à leurs positions initiales, conformément aux conclusions de la réunion extraordinaire des chefs d’état-major des forces armées du CAO, du 8 novembre 2022, tenue à Bujumbura, République du Burundi, sous le contrôle de la Force Régionale et du Mécanisme Ad-Hoc de Vérification, en collaboration avec la MONUSCO (J+2), à savoir :

« Dans un premier temps, le Kenya positionnera ses contingents à Goma puis à Bunagana, Rutshuru et Kiwanja lors du désengagement et repli du M23 vers leurs positions initiales de Sabinyo côté RDC pour ne plus franchir la ligne des villages de Bigega, Bugusa, Nyanbikona, Mbuzi, Rutsiro et Nkokwe.

Si le M23 refuse de se désengager et de libérer tous les territoires qu’il occupe actuellement, les chefs d’État du CAO donneront instruction à la Force régionale d’utiliser la force pour l’inciter à se rendre » ;

f) Création des conditions d’occupation des zones actuellement contrôlées par le M23, par la Force Régionale, avec l’appui du Mécanisme Ad-Hoc de Vérification (J+2 Jour) ;

g) Cessation de tout soutien politico-militaire au M23 et à tous les autres groupes armés locaux et étrangers opérant dans l’Est de la RDC et la Région (Jour J) ;

h) Les FDLR-FOCA, RED-TABARA, ADF et les autres groupes armés opérant sur le territoire congolais déposeront immédiatement les armes et commenceront leur rapatriement inconditionnel conformément au Processus de Nairobi, avec le soutien de la MONUSCO, de l’Ad-Hoc et de la Force Régionale (J+5 Jour) ;

i) Désarmement et cantonnement du M23 en territoire congolais sous le contrôle des FARDC, de la Force Régionale et du Mécanisme Ad-Hoc de Vérification, avec la collaboration de la MONUSCO (Jour J+5) ;

j) Retour des déplacés internes dans leurs zones d’origine (J+7 Jour) ;

k) Reprise et poursuite des consultations politiques entre le Gouvernement de la RDC et les groupes armés locaux (J+10) ;

l) Reprise du dialogue bilatéral entre la RDC et le Rwanda en vue de normaliser les relations diplomatiques et de relancer la coopération (Jour J+60) ;

m) Engagement des parties à la mise en œuvre de la feuille de route de Luanda et des accords conclus dans le cadre du processus de Nairobi et de la réunion des chefs d’état-major général des forces armées du CAO ;

n) Examen et résolution de la question du retour de tous les réfugiés dans leur pays d’origine, telle que mentionnée dans la Feuille de route de Luanda (Jour J+15) ;

o) Nécessité d’une coordination permanente à tous les niveaux entre les Processus de Luanda et de Nairobi ;

9. Les Chefs d’Etat ont demandé aux FARDC, à la Force Régionale et aux Chefs d’Etat-Major des Forces Armées de la CAO (Force Régionale), en collaboration avec la MONUSCO, d’étudier toutes les questions relatives au désarmement et au cantonnement des éléments de le M23 et leur faire des propositions lors de leur prochain Mini-Sommet ;

10. Les Chefs d’Etat ont recommandé d’accélérer la mise en œuvre du Programme de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion Communautaire et Stabilisation (PDDR-CS) en cours en RDC, ont exprimé leur profonde préoccupation sur les conditions dans lesquelles vivent des centaines de milliers de personnes déplacées pendant la guerre -zones touchées de la province du Nord-Kivu et a lancé un appel à la communauté internationale pour qu’elle apporte une aide humanitaire à ces populations.

11. Les Chefs d’Etat sont convenus de se retrouver prochainement à Bujumbura pour faire le point sur la mise en œuvre des conclusions des résolutions et recommandations du Mini-Sommet de Luanda.

12. Enfin, les Chefs d’Etat ont remercié Son Excellence João Manuel Gonçalves Lourenço, Président de la République d’Angola, Champion de l’Union Africaine pour la Paix et la Réconciliation en Afrique et Médiateur désigné par la Conférence de l’Union Africaine, pour l’accueil fraternel et l’hospitalité qui lui ont été réservés. qu’il leur a offert, ainsi que pour leur engagement actif dans la résolution de la crise sécuritaire dans l’est de la RDC.

Fait à Luanda, le 23 novembre 2022.

Pour la République d’Angola

SI JOÃO MANUEL GONÇALVES LOURENÇO

Président de la République et Médiateur mandaté par l’Assemblée de l’Union Africaine

Pour la République du Burundi

SE ÉVARISTE NDAYISHIMIYE

Président de la République et Président par intérim de la Communauté de l’Afrique de l’Est

Pour la République Démocratique du Congo

SE FÉLIX-ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO

 Président

Pour la République du Rwanda

SE VINCENT CRAZY

Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Représentant SE Paul Kagame, Président de la République du Rwanda

Pour la Communauté de l’Afrique de l’Est/Facilitateur

SE UHURU MUIGAI KENYATTA

Ancien président de la République du Kenya