Bunagana : Les assurances des FARDC

Bunagana : Les assurances des FARDC

Les combats qui ont repris depuis le jeudi 20 Octobre dernier sur le front de Bunagana et environs laissent depuis courir des informations aussi contradictoires que difficilement vérifiables, exposant les Congolais à la merci de vendeurs des fausses nouvelles et autres propagandistes. Les Forces armées de la République démocratique du Congo, FARDC, ont brisé le silence en donnant officiellement les nouvelles du front.

Dans un communiqué publié dans la soirée du dimanche 23 Octobre et signé par la Général Major Sylvain Ekenge Bomusa Efomi tout récemment nommé Commandant du service de Communication et d’Information de l’Armée nationale, les FARDC accusent d’entrée le jeu « les forces de défense du Rwanda, sous le couvert du M23, ont lancé depuis le jeudi 20 Octobre 2022, des attaques sur les positions des FARDC sur l’axe RANGIRA-RWANGUBA-TCHENGERERO ».

Les FARDC rassurent que les militaires se comportent de manière exemplaire sur le terrain et que les forces loyalistes continuent à fixer l’ennemi, « la situation est sous contrôle sur tous les fronts… Les Forces armées de la République démocratique du Congo rassurent la population de leur détermination de répondre avec vigueur à toutes ces attaques, de défendre l’intégrité de notre territoire et de protéger la population jusqu’au sacrifice suprême », renchérit le communiqué.

Il sied de noter que ces affrontements ont mis fin à l’accalmie qui s’observait dans les théâtres des opérations depuis plusieurs semaines. Les FARDC déplorent la mort d’un civil « fauché par les bombes rwandaises et cinq autres personnes blessées dans l’axe RANGIRA-RWANGUBA-TCHENGERERO ». Tandis que « Dans l’axe TAMUGENGA, trois civils ont été tués et 35 autres blessés dont des enfants à NYABIKORO, près de l’hôpital de RWANGUBA », précise encore le communiqué.