Ce que le M23 cherche absolument à (re)négocier directement avec le Gouvernement Congolais

Ce que le M23 cherche absolument à (re)négocier directement avec le Gouvernement Congolais

Le groupe M23 taxé de terroriste par Kinshasa et qui est activement soutenu par le Rwanda a créé la surprise le mardi 6 Décembre 2022, en se disant « prêt à se retirer » des territoires qu’il occupe et à entamer un dialogue de paix, mais souhaite « un dialogue avec le gouvernement de la Rdc pour trouver une solution durable aux causes profondes du conflit dans l’est du pays ». Ce, malgré que les autorités congolaises préfèrent prendre langue avec le pouvoir rwandais qu’elles considèrent les vrais maîtres de ce mouvement. De sources de la facilitation kenyane et de la médiation angolaise, votre média a appris une partie des mobiles de cette attitude obsessionnelle du M23 à exiger un dialogue direct avec le pouvoir congolais.

L’organisation pro-rwandaise du M23 se dit en effet prête à commencer son désengagement et son retrait de toutes les zones qu’elle a conquises. Dans un communiqué publié le soir du mardi 6 Décembre 2022, ce mouvement a également demandé une rencontre avec la force régionale de la Communauté des États d’Afrique de l’Est, EAC, le facilitateur et le mécanisme de vérification. Un dialogue direct avec le gouvernement congolais est également demandé par le M23 qui n’a pas participé aux négociations de paix de Nairobi III, ni au Mini-Sommet de Luanda.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/11/23/guerre-de-lest-le-mini-sommet-de-luanda-a-livre-ses-secrets-sans-kagame/

D’après de sources bien informées de ces dossiers, il ressort que le M23 exige la renégociation de l’accord signé entre le Gouvernement Congolais et son ancêtre, le CNDP, pour son intégration notamment dans les Forces armées de la Rdc, FARDC. Un accord signé le 23 Mars 2009, d’où le M23 tire son nom.

Cette position du M23 rejoint les positions soutenues encore tout récemment, respectivement par le Président rwandais Paul Kagame et Louise Mushikiwabo, femme d’Etat rwandais également, qui ont appelé au respect des accords signés par le Gouvernement congolais dans le passé, allusion faite notamment à cet accord du 23 Mars 2009.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/11/28/pourparlers-de-nairobi-kagame-insiste-sur-le-respect-des-accords-signes-dans-le-passe/

A cette allure, rien ne présage une issue favorable par la voie du dialogue, surtout que le Chef de l’Etat Congolais Félix Tshisekedi a déjà donné sa position à ce sujet, que son administration n’était pas concernée par ces accords signés dans le passé. Une position bien connue par tous les Chefs d’Etat impliqués dans les différents processus de paix, qu’il soit de Luanda ou de Nairobi, apprend-on d’autres sources. Ces dernières laissent également entendre que le Rwanda, très sûr de la faiblesse de l’Armée congolaise qu’il a suffisamment infiltré en plus, a appuyé sur l’option militaire pour contraindre tout justement le Gouvernement Congolais à accéder aux exigences du M23.

Qu’à cela ne tienne, ce qui ressemble à des bonnes intentions exprimées par le M23 dans son communiqué du mardi 6 Décembre 2022 ne sont pas considérées comme telles dans l’opinion congolaise. Ce revirement est vu en Rdc comme étant plus les résultats de la détermination du peuple congolais et celle de son président qui tiennent un discours cohérent d’unité contre les velléités expansionnistes des envahisseurs rwandais sous couvert de ce mouvement. Il y a aussi aux yeux de Congolais la pression de la communauté internationale qui s’accentue de plus en plus, surtout après le massacre de Kishishe commis il y a quelques jours par les rebelles du M23.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/12/06/massacre-de-kishishe-le-bilan-salourdit-la-cpi-interessee/

Il sied de rappeler que le Gouvernement Congolais qui vient de terminer le mardi 6 Décembre 2022 le troisième round des pourparlers avec notamment les différents groupes armés qui écument la partie est de son territoire, s’est dit ne pas être disposé à accepter le M23 dans des quelconques pourparlers que si ce dernier arrêtait les hostilités et se retirait des zones qu’il occupe.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/12/07/pourparlers-de-nairobi-que-cachent-les-sentiments-mi-figue-mi-raisin-du-facilitateur-uhuru-kenyatta/