Crainte de génocide en Rdc alerte l’ONU

Crainte de génocide en Rdc alerte l’ONU
Photo d'illustration (Droits tiers)

La Conseillère spéciale des Nations Unies pour la prévention du génocide, Alice Wairimu Nderitu, a, dans une communication rendue publique le mardi 24 Janvier 2023, exprimé de graves préoccupations face à la détérioration de la situation sécuritaire et des droits humains, en particulier en l’Ituri, province située dans l’est de la République démocratique du Congo, RDC.

Dans cette déclaration, la Conseillère spéciale des Nations Unies pour la prévention du génocide  dit avoir reçu des rapports alarmants sur de multiples attaques contre des civils selon des critères ethniques, en particulier dans cette partie de la RDC. Elle ajoute que les conditions nécessaires à la commission d’atrocités criminelles sont réunies dans une région qui a été le théâtre d’un génocide en 1994 (au Rwanda voisin de la Rdc, Ndlr).

Wairimu Nderitu, qui a lancé un avertissement similaire en décembre 2022, a déclaré que ses préoccupations comprenaient également les massacres, les violences sexuelles et les attaques contre les camps de personnes déplacées.

La Conseillère spéciale n’a pas manqué de saluer les efforts en cours de l’Union africaine et de la Communauté de d’Afrique de l’Est pour négocier des mesures visant à mettre fin au conflit et à créer une culture de paix durable dans la région. Allusion faite à la médiation de l’Union africaine, UA, avec le président angolais João Lourenço, et celle de l’EAC avec l’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta.

Il sied de souligner par exemple qu’au mois de Mai 2022, un rapport parlementaire en Rdc avait déjà révélé que plus de 15 000 civils ont été tués ces 15 dernières années dans le territoire de Beni, au Nord–Kivu, ainsi qu’à Irumu et Mambasa en Ituri. De morts attribués aux groupes armés œuvrant dans cette partie orientale du pays.