Encore de morts, de blessés et de disparus à Beni

Encore de morts, de blessés et de disparus à Beni
Photo d'illustration (Droits tiers)

Des combattants présumés des Forces démocratiques alliées, ADF, ont tué au moins 23 personnes dans l’est de la République démocratique du Congo, RDC, ont annoncé lundi des responsables locaux. C’est le bilan provisoire de ces dernières violences revendiquées par le groupe État islamique dans cette région en proie à une insécurité récurrente.

C’est en effet dans la nuit de dimanche que cette attaque qui a fait 24 morts s’est produite dans le village de Makugwe, à Beni, dans la province du Nord-Kivu, a déclaré Roger Wangeve, figure de la société civile locale.

Un porte-parole de l’armée congolaise dans la région a fait état de 24 morts et de 10 personnes portées disparues.

Wangeve a ajouté que les Adf ont également pillé et incendié plusieurs maisons et magasins dans le village et emmené plusieurs villageois dans la brousse.

Le député provincial Saidi Balikwisha, qui se trouvait à Makugwe lors de l’attaque, a déclaré que 23 personnes avaient été tuées et trois autres portées disparues. Il a appelé à une présence militaire accrue dans la région pour mieux anticiper les attaques armées.

Le colonel Charles Omeonga, administrateur militaire congolais du territoire de Beni, a déclaré à l’AFP que les soldats étaient « à la poursuite de l’ennemi », qui, selon lui, se cachait parmi la population locale.

Il sied de rappeler que c’est depuis le 6 Mai 2021 que le Président Congolais Félix Tshisekedi a placé les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri en « état de siège », avec comme mesures notamment le remplacement des autorités civiles par des militaires et des policiers, dans le but d’endiguer la violence récurrente dans cette partie de la RDC depuis plusieurs décennies.

C’est aussi dans ce but que la RDC et l’Ouganda ont également lancé depuis Novembre 2021 une offensive conjointe pour chasser les ADF de leurs bastions congolais. Des actions dont les résultats restent encore mitigés jusqu’ici, d’après plusieurs observateurs.