Enrôlement des électeurs AO1 : La CENI accorde une prolongation technique après de préoccupations inquiétantes

Enrôlement des électeurs AO1 : La CENI accorde une prolongation technique après de préoccupations inquiétantes

La Conférence épiscopale nationale du Congo, CENCO, et l’Eglise du Christ au Congo, ECC, ont, dans le cadre de leur mission d’observation électorale, MOE, remis le jeudi 19 Janvier 2023 à la commission électorale nationale indépendante, CENI, le rapport à mi-parcours relatif au processus d’identification et d’enrôlement des électeurs. Un rapport qui se veut une sonnette d’alarme où sont soulevées notamment plusieurs préoccupations inquiétantes qui nécessite des réponses urgentes et efficaces de la part de la centrale électorale. La réponse de la CENI est arrivée dans la soirée.

L’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs dans la première aire opérationnelle, AO1, comprenant les provinces du Kongo-central, Kinshasa, Kwango, Kwilu, Mai-ndombe, Equateur, Mongala, Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et Tshuapa, tend à sa fin. Débutée le 24 Décembre 2022, elle prend fin le 23 Janvier 2023.

Cependant, dans une communication faite dans la soirée sur les ondes de notre consœur Radio Okapi, Joseph Senda, directeur des opérations à la CENI, a toutefois précisé que les retards enregistrés dans certains centres d’identification, seront récupérés au cas par cas pour que chacun puisse totaliser 30 jours.

« Nous avons dit que nous tiendrons compte de nombre de jours perdus pour une raison ou pour une autre. Ces jours devront être rattrapés. Si du 24 décembre jusqu’à la fin de la période, nous aurons un centre d’inscription qui a perdu cinq, nous allons lui accorder ses cinq jours pour qu’il totalise ses 30 jours. Chaque Centre d’inscription a droit à 30 jours et devra consommer ses 30 jours. Nous avons 14 jours que nous ajoutons pour gérer les derniers enrôlés parce que lorsque les gens sont enrôlés il y a des listes qui restent affichées pendant 7 jours. Au dernier jour, nous allons accorder 7 jours d’affichage aux dernières listes et pendant ce temps-là nous pouvons recevoir les réclamations », a-t-il expliqué.

Si au 23 janvier courant, un centre d’inscription totalise 30 jours sans avoir fermé, la CENI entend prendre des dispositions pour satisfaire les retardataires.

De préoccupations majeures

Dans son rapport à mi-parcours remis à la CENI le 19 Janvier 2023, la mission d’observation électorale CENCO-ECC a, à l’instar de certains citoyens, émis quelques préoccupations aussi sensibles.

Dans ce rapport, ces deux confessions religieuses estiment par exemple, qu’à quelques jours de la clôture officielle des opérations d’identification et d’enrôlement dans la première aire opérationnelle, on devrait déjà avoir une idée estimative du nombre de personnes déjà enrôlées.

Ce rapport relève aussi l’inexistence sur terrain de bureaux d’enrôlement alors qu’ils sont répertoriés dans la cartographie.

Une autre préoccupation touche les observateurs, qui auraient de difficultés de travailler comme il se doit dans les différents bureaux. Alors que leurs présences représentent un des gages de transparence.

Les catholiques et les protestants soulèvent également les difficultés liées aux machines, notamment leur dysfonctionnement et leur nombre déficitaire. Les craintes sont que si le nombre est limité ou les machines elles-mêmes posent des pannes que ces genres de difficultés se répercutent sur la 2e et la 3e aires opérationnelles.

Tout en encourageant les électeurs à continuer à se faire enrôler, cette mission estime qu’il est important de travailler avec la CENI en lui fournissant les informations sur ce qui se passe sur le terrain, en vue d’améliorer les opérations en cours dans la première aire opérationnelle.

A en croire ces confessions religieuses, ce rapport n’est pas seulement dirigé à l’endroit de la CENI parce que dans un processus électoral il y a plusieurs parties prenantes notamment la population elle-même, la communauté internationale, le gouvernement, les partis politiques. Nécessité impérieuse pour la CENI principalement d’être de plus en plus coopérative, qu’elle communique suffisamment et qu’elle pose les

Au vu de préoccupations et pas les moindres soulevées dans leur rapport, les églises catholiques ont recommandé le prolongement de la durée des enrôlements, avant que le glissement, c’est-à-dire le report des élections, ne soit inévitable. Ce qui doit absolument être évité.