Exploitation Blocs pétroliers et gaziers : La RDC persiste et signe face aux Etats-Unis

Exploitation Blocs pétroliers et gaziers : La RDC persiste et signe face aux Etats-Unis

Le processus d’exploitation des 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers sur le territoire congolais décidé par le Gouvernement de la République démocratique du Congo, RDC, semble avoir atteint un point de non-retour. A en croire la cérémonie solennelle de dépouillement des plis des candidatures aux appels d’offres de 3 blocs gaziers de Graben du lac Kivu, retransmise du reste en direct à la télévision publique la RTNC, ce mercredi 12 Octobre 2022. Ce, malgré une certaine opposition que continue d’émettre les Etats-Unis d’Amérique notamment.

Le 28 juillet dernier, la RDC avait lancé, lors d’une cérémonie présidée par Félix Tshisekedi, en présence notamment du Premier ministre Sama Lukonde Kyenge, des appels d’offres pour 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers répartis sur l’ensemble de son territoire national. Didier Budimbu, le ministre congolais des Hydrocarbures, avait manifesté son optimisme en affirmant à cette occasion que les perspectives sont très bonnes, la RDC disposant d’un potentiel de « 22 milliards de barils sur l’ensemble des bassins segmentaires et 66 milliards de normo-mètres cube de gaz dissous dans les eaux du lac Kivu ».

Se présentant comme un « pays solution » en matière de changement climatique, la RDC a été critiquée pour ça, notamment par des organisations internationales de protection de l’environnement ainsi que les Etats-Unis d’Amérique, d’avoir ouvert des enchères pour ces blocs de pétrole et de gaz, certains dans des zones forestières et tourbières sensibles.

« Que devons-nous faire dans cette circonstance, laisser nos enfants et petits-enfants mourir de faim ? » a demandé Eve Bazaiba, ministre congolaise de l’Environnement. « Autant nous avons besoin d’oxygène, autant nous avons besoin de pain », avait-elle renchérit dans un discours devant plusieurs personnalités du monde lors des travaux de la Pré-COP27 en début octobre dernier à Kinshasa.

Une position que le Chef de l’Etat Congolais Félix Tshisekedi a aussi défendue dernièrement du haut de la tribune de la 77ème Assemblée générale des Nations-Unies à New-York.

La réponse du berger à la bergère

Les Etats-Unis d’Amérique par son envoyé pour le climat, John Kerry, a déclaré dernièrement que Washington avait demandé au gouvernement congolais d’abandonner les enchères pour les blocs pétroliers dans les zones sensibles, arguant qu’il était possible de trouver un équilibre entre la création d’ emplois et la protection de la forêt.

La réaction de la RDC ne s’est pas fait attendre. Pas plus tard que le mardi 11 Octobre, le porte-parole du gouvernement congolais Patrick Muyaya a répliqué : « La demande des États-Unis ne peut être prise en compte qu’à la suite d’une contrepartie équivalente ».

Ce mercredi 12 Octobre 2022, le ministre des Hydrocarbures de la RDC, Didier Budimbu, a, à l’issue de la cérémonie relatif au dépouillement des plis des candidatures aux appels d’offres de 3 blocs gaziers de Graben du lac Kivu, déclaré ouvert la phase d’évaluation des dossiers des candidatures rendues publiques. C’est à l’issue de cette phase de présélection que sera constituée la liste des cinq candidatures en vue de la phase de sélection finale.

Comme quoi, l’administration Tshisekedi continue de camper jusqu’ici sur sa position telle que défendue par différents officiels à travers le monde. Reste à savoir si jusque à quand le pays va tenir sur cette position même s’il ne reçoit pas de contrepartie en retour d’une quelconque » abdication ».

Wait and see !