Le Congo bénéficie de 600 millions USD pour des activités d’exploration et de production gazières

Le Congo bénéficie de 600 millions USD pour des activités d’exploration et de production gazières

La République du Congo, RC, va bénéficier de 600 millions Dollars US de la part de TotalEnergies pour renforcement des activités d’exploration et de production gazières. Un investissement qui à financer concrètement l’exploration et le maintien de la production dans le champ offshore profond de Moho Nord, qui représente environ la moitié de la production pétrolière congolaise, soit quelque 140 000 barils par jour (bpj), selon une dépêche d’APO Group.

 

Cet investissement de 600 millions de dollars témoigne en effet de la ferme intention de la COI de développer et de monétiser les hydrocarbures congolais dans l’intérêt du pays et ouvrira une vague d’opportunités économiques pour l’ensemble de la région.

 

Le champ Moho Nord, opéré par TotalEnergies, regroupe quatre réservoirs qui s’étendent sur 320 km2 à des profondeurs d’eau comprises entre 750 et 1 200 mètres. L’engagement de TotalEnergies dans la production pétrolière de la République du Congo devrait permettre d’assurer une production supplémentaire de 40 000 bpj, qui viendra s’ajouter aux 267 000 bpj actuels du pays. TotalEnergies opère également le permis Marine XX en offshore profond, qui s’étend sur une superficie de 3 285,8 km2 à des profondeurs d’eau allant jusqu’à 2 000 mètres. Deux plates-formes de forage sont arrivées sur le permis ce mois-ci, et Patrick Pouyanné, directeur général de TotalEnergies, a exprimé son optimisme quant à la découverte d’un gisement avant la fin de l’année.

 

« L’investissement de 600 millions de dollars de TotalEnergies montre que la Compagnie pétrolière internationale est présente en République du Congo pour y rester. Le pétrole et le gaz du Congo peuvent jouer un rôle beaucoup plus important dans la réduction de la pauvreté énergétique et l’industrialisation de l’Afrique, et les partenariats avec des entreprises comme TotalEnergies seront déterminants pour atteindre ces objectifs. Nous sommes impatients d’assister à de nouvelles découvertes dans les mois à venir », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de l’AEC, rapporte la dépêche.

 

A noter qu’outre les gisements établis de la République du Congo, le plan ouvre la porte à la négociation des contrats existants et devrait aboutir à l’établissement d’un nouveau code gazier dans le pays. Le nouveau code devrait faciliter la commercialisation des actifs échoués et du gaz naturel brûlé à la torche, tout en permettant au gouvernement de modifier les conditions fiscales actuelles et de rendre les petits projets plus viables sur le plan économique. Selon le ministre Itoua, ministre congolais des hydrocarbures,  l’approbation du nouveau code par le parlement est attendue pour le mois de juin de cette année.

SVP ! Aimez et Partagez
Pin Share
RSS
Suivez par Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share