Non homologation du stade des Martyrs par la CAF : A qui la faute ?

Non homologation du stade des Martyrs par la CAF : A qui la faute ?

Dans une correspondance de la Confédération africaine de Football, CAF, adressée à la Fédération congolaise de Football Association, FECOFA, l’instance faîtière du football africain a communiqué officiellement la non-approbation du stade des Martyrs de la Pentecôte pour accueillir des matchs de haut niveau de la CAF. Les raison avancées pour ce rejet ont de quoi révolter les bonnes consciences en République démocratique du Congo, RDC, après tous les travaux sensé avoir été réalisés dans ce grand temple du football congolais.

« À la suite de diverses approbations temporaires accordées par la CAF depuis 2019 pour l´utilisation du Stade des Martyrs de la Pentecôte, les améliorations recommandées par les rapports précédents de la CAF n’ont pas été pleinement mises en œuvre dans le stade. De plus, la qualité globale des travaux qui ont été achevés dans le stade n’est pas satisfaisante selon les normes requises pour un stade moderne », souligne la correspondance.

En conséquence, la CAF recommande carrément la fermeture du stade, avec interdiction formelle « automatiquement placée concernant l’utilisation du Stade des Martyrs de la Pentecôte dans tous les matches internationaux CAF. Pour les prochains matchs à domicile des clubs AS Vita Club, FC Saint Eloi Lupopo et DC Motema Pembe lors de journées 2, 3 et 5 de la phase groupes des Interclubs de la CAF 2022-23, les clubs sont invités à sélectionner parmi les stades approuvés par la CAF. Concernant le match de votre équipe nationale dans les éliminatoires de la phase de groupes de la CAN Côte d’Ivoire 2023 journées 3 et 4 qui auront lieu en mars 2023, la FECOFA doit sélectionner un stade, dans la liste des stades approuvés par la CAF ».

Les résultats de cette mission d’inspection de la CAF révèle au grand jour une gestion des travaux entrepris au Stade des Martyrs au mépris des normes exigées. Alors que tout devait être fait conformément aux exigences de la CAF. De quoi crier sur un amateurisme qui coûte aujourd’hui très cher à la République en termes notamment de temps, d’argent et d’image. Ces échos captés de l’opinion exigent en plus que des sanctions appropriées soient appliquées contre les responsables de cette situation.

A noter que le stade privé TP Mazembe dans la ville de Lubumbashi « a été approuvé à l’issue de cette même enquête, pour une utilisation dans toutes les compétitions de la CAF avec des remarques mineures qui doivent être mises en œuvre dans la période à venir », note la correspondance. Tandis que pour le stade public Frédéric Kibassa Maliba dans la même ville, il a été reconnu dans l’enquête que les travaux engagés ont produit notamment les vestiaires pour les équipes et la salle de conférence dans les normes. Sauf que « l’architecture globale du stade et l’absence d’autres exigences ne sont pas à la hauteur des normes requises pour accueillir des compétitions internationaux CAF de type A », précise-t-on.

SVP ! Aimez et Partagez
Pin Share
RSS
Suivez par Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share