Processus électoral : Patricia Nseya a-t-elle convaincu au News Forum ?

Processus électoral : Patricia Nseya a-t-elle convaincu au News Forum ?

La Journée internationale pour l’accès à l’information publique a été marquée ce mercredi 28 Septembre 2022 à Kinshasa, par la tenue de News forum, un cadre d’échanges mensuel qui a placé sur le podium plusieurs parties prenantes du processus électoral en République démocratique du Congo, RDC, avec en face, les médias. Quels mécanismes mis en place par la CENI pour un meilleur accès à l’information électorale ? Que demande la société civile ? Où en sommes-nous avec le projet de loi sur l’accès à l’information publique ? Et la place du Numérique ? Sont ces préoccupations auxquelles devaient répondre les interventions de différents orateurs au cours de cette rencontre à caractère pédagogique.

Patricia Nsenga, Rapporteur de la Commission électorale nationale indépendante, CENI, Rév. Eric Nsenga, Porte-parole de l’Eglise du Christ au Congo, ECC, Cyrille Ebotoko de la commission justice & Paix de la Conférence épiscopale nationale du Congo, CENCO et Henri Longendja du Collectif 24 ont donc eu à échanger à cette occasion autour du thème : « L’accès à l’information publique et le e-gouvernement comme gage des élections transparentes et apaisées à l’ère du numérique ». Patient Ligodi, organisateur de ce forum et modérateur, pense à travers cette initiative permettre que le débat sur la question électorale soit bâtie sur les faits et non sur les opinions et les déclarations.

Le déroulement de ces échanges a montré pratiquement que le rapporteur de la Ceni Patricia Nseya a été face à trois co-débateurs, lesquels ont eu à exprimer de préoccupations auxquelles elle devait apporter de réponses. Et pas seulement, car de représentants de la Société civile dans la salle ainsi que les médias ont également saisi l’occasion pour avoir des éclaircissements à certaines de leurs préoccupations cadrant avec le thème du jour. Il fallait parfois l’intervention du modérateur, tel un « body guard », pour atténuer la vigueur de certaines interventions et permettre à la représentante de la Centrale électorale d’encaisser et répondre avec sportivité.

L’accès à l’information pour la crédibilité du processus

Ces échanges qui ont tourné principalement autour de tout ce qui concerne le cadre et le mécanisme mis en place par la Ceni pour l’accès à l’information électorale, a permis aux uns et aux autres de soulever un certain nombre des préoccupations à propos.

En tout cas, rien n’a été laissé de côté en termes de besoins d’informations. De la publication du calendrier électoral à la publication du plan de décaissement des fonds par le Gouvernement au profit de la Ceni, en passant par la publication de la cartographie électorale, sans oublier les canaux par lesquels la Ceni met les informations à la disposition du public, sont les principales préoccupations pour lesquelles la Ceni est appelée à communiquer à chaque évolution à l’attention des parties prenantes (classe politique, société civile) en particulier que la population en général.

Si les intervenants ont reconnu que la Ceni produit régulièrement des communiqués pour informer le public sur le processus électoral, il a cependant été reproché à la Centrale électorale notamment l’inactivité de son site web, canal largement accessible, comparativement aux réseaux sociaux Whatsapp, Twitter, Facebook sur lesquels elle communique le plus souvent. Ce qui contribue à nourrir les inquiétudes sur la transparence du processus, car un grand nombre, si pas la grande majorité des congolais risque d’être privée d’informations électorales.

« L’importance de l’accès à l’information c’est de réduire la tension politique, ça dépend aussi du contexte. Lorsque le contexte est tendu, on peut à tort ou à raison apporter de critiques peut-être qui ne sont pas fondées. L’avantage que la Ceni aura lorsqu’elle apporte l’information au-delà des parties prenantes c’est aussi pour apaiser les tensions au niveau de l’opinion. Parce que l’élément central ici c’est la construction de la confiance », a fait remarquer à cet effet le Rév. Nsenga.

Sur cet aspect, Cyrille Ebotoko de la Cenco a souligné de son côté que « L’accès à l’information électorale participe à la transparence du processus. La transparence du processus accroit la confiance du public. Cette confiance accrue du public au processus rend celui-ci très crédible. Ainsi si nous avons un processus crédible, nous aurons des institutions dont la légitimité ne sera pas contestée. Le climat sera apaisé… »

Ce qui a amené Henri Longendja du Collectif 24 d’évoquer les deux dimensions de l’accès à l’information : « il y a la dimension active et la dimension passive. Cette dernière est portée par le journaliste, qui doit chercher les informations… il va traiter et puis les rendre à travers les supports médias, et moi en tant que citoyen j’y accède passivement à partir de n’importe où je suis… La dimension active c’est une dimension qui manque dans notre pays. C’est cette dimension pour laquelle on reconnaît à chaque personne d’aller demander des informations et qu’on puisse la donner sans contrainte, sans restriction, à moins que cette information soit frappée du sceau de confidentialité… ».

Une illustration démontrant combien rien n’a été laissé aux hasards par ces différents intervenants, pour démontrer l’obligation qu’a la Ceni de permettre l’accès à l’information électorale à tous sans exclusif.

« Le rouleau compresseur de l’organisation des élections est en marche »

Le Rapporteur de la Ceni Patricia Nseya lors de News Forum (Photo droits tiers)

Dans ses réactions par rapport aux différentes préoccupations soulevées, le Rapporteur de la Ceni s’est évertué à apporter de réponses appropriées d’une part, tout en reconnaissant d’autre part la pertinence pour la Centrale électorale de prendre également en compte certaines propositions faites par ses co-débatteurs.

Le site web de la Ceni actuellement en panne technique pourra être remis en ligne en vue d’étendre l’accès à l’information électorale, a rassuré Patricia Nseya.

Le Rapporteur de la Ceni a aussi annoncé le lancement du call-center, où tout le monde pourra s’informer par appel téléphonique principalement. Une innovation qu’elle attribue à l’actuelle équipe dirigeante de la Ceni.

Une autre innovation concerne l’introduction des rampes au niveau des bureaux d’inscriptions et de vote, pour permettre aux personnes vivant avec handicap un accès facile dans ces bureaux, a encore informé Patricia Nseya.

Critiquée sur la publication jusqu’ici d’une feuille de route à la place d’un calendrier électoral, Patricia Nseya a rassuré, au nom de la Ceni, quant à la publication effective du calendrier électoral d’ici au mois de Décembre 2022. Ce, bien que jusqu’ici la contrainte liée à la sécurité à l’Est du pays n’a pas encore trouvé de réponse. C’est du moins, a rappelé Patricia Nseya, la seule contrainte sur les quatre évoquées au départ qui reste à satisfaire. Elle a toutefois garanti la tenue des élections malgré cela.

La cartographie électorale liée aux centres d’inscriptions électorales n’est pas vraiment nécessaire d’être publiée, a estimé Patricia Nseya. Ce, parce que les opérations d’enrôlement durent plusieurs mois et qu’il ne sera pas difficile aux citoyens d’être informés sur les emplacements des bureaux d’enrôlements. Le nombre de ces centres vont passer à 22.000 a révélé Patricia Nseya, une augmentation sensible par rapport aux processus précédents. Le but poursuivi est de pouvoir rapprocher davantage les citoyens aux centres d’inscriptions électorales, a expliqué Patricia Nseya.  

Cependant, la cartographie liée aux centres et bureaux de vote sera publiée en temps opportun, a rassuré Patricia Nseya à cette occasion.

Au sujet du plan de décaissement des fonds à la Ceni par le Gouvernement de la République, le Rapporteur de la Centrale électorale s’est pliée à la demande de ses interlocuteurs du reste membres de la Société civile, en s’engageant pour sa publication bien que cela n’est pas une exigence légale.

Concrètement, Patricia Nseya a informé que la Ceni venait de recevoir un décaissement. Ce qui réduit le retard à deux mois par rapport aux prévisions annuelles. Tout en précisant que les fonds reçus jusqu’ici de la part du Gouvernement sont destinés notamment aux opérations électorales, aux rémunérations et au fonctionnement de la Ceni. Les fonds liés aux investissements n’ont par contre pas encore connu un début décaissement.

Au-dessus de tout le débat du jour Patricia Nseya a déclaré que « le rouleau compresseur de l’organisation des élections est en marche ». Question d’attiser l’éveil particulièrement des potentiels candidats afin qu’ils ne soient pas distraits par certains discours pessimistes peut-on comprendre.

A noter que News forum est un cadre d’échange sur les sujets qui méritent un débat public, il rassemble journalistes, acteurs de la société civile et décideurs. C’est une initiative de Next Corp, entreprise propriétaire du média actualite.cd et que dirige Patient Ligodi son Directeur général.