Retraits de territoires congolais : A quel jeu joue vraiment le M23 ?

Retraits de territoires congolais : A quel jeu joue vraiment le M23 ?

Les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda dans la guerre contre la République démocratique du Congo, RDC, dans sa partie est, ont promis de se retirer cette semaine notamment de la cité de Rumagabo qui abrite un important camp militaire, alors que leur dernier retrait total de la cité de Kibumba continue toujours d’être mis en doute.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/12/23/video-le-m23-se-retire-de-kibumba/

Se trouvant en effet sous une forte pression internationale pour cesser les combats qu’ils ont engagés contre l’Armée congolaise, les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda ont livré le 23 décembre dernier la cité stratégique de Kibumba à la force militaire de la Communauté de l’Afrique de l’Est, EAC. Cette dernière s’est déployée à la fin de l’année dernière dans le but de rétablir la stabilité dans l’est de la Rdc.

Lire également : https://lesnews.cd/2023/01/05/guerre-de-lets-rdc-les-etats-unis-se-sont-encore-prononces-ce-4-janvier-2023/

Le mercredi 4 Janvier, le M23 s’est également engagé à remettre la base militaire de Rumangabo à la force militaire de l’EAC le jeudi 5 Janvier 2023. Rumangabo abrite l’une des principales bases de l’armée congolaise dans la région.

Cependant, la réalité des retraits annoncés du M23 sur le terrain est floue. A Kibumba, par exemple, les habitants disent que les rebelles se sont retirés du centre-ville mais restent présents dans les environs.

Le retrait de Rumangabo qui s’est passé en début de soirée de ce vendredi 6 Décembre 2023 avec pompe, confirme la tendance pour le M23 de faire les choses à sa manière et à son rythme. Et rien ne rassure qu’après Rumangabo, les choses pourront aller plus vite que ça et que tous les territoires congolais occupés seront libérés.

Beaucoup de gens commencent, non sans raison, à s’interroger sérieusement sur les intentions réelles de ce mouvement pro-rwandais dans ses shows des retraits de territoires congolais qu’il occupe.

Il sied de souligner que le mini-sommet de Luanda sur la paix en Rdc qui s’était tenu le 23 Novembre 2022, avait, au terme de plus de 6 heures d’échanges à huis clos, débouché sur un accord de cessez-le-feu imposé au groupe M23, à dater du vendredi 25 novembre à 18 H. L’accord avait également exigé que ce mouvement indexé de terroriste par Kinshasa se retire des zones occupées en RDC à dater du 27 novembre. Mais plus d’un mois déjà passé, les résolutions de ce mini-sommet qui avait pourtant suscité beaucoup d’espoirs, sont foulées au pied par les protégés du régime de Kigali.

Lire également : https://lesnews.cd/2022/11/24/attention-aux-fakenews-voici-le-communique-final-du-mini-sommet-sur-la-paix-et-la-securite-a-lest-de-la-rdc/

Qu’attend alors la force de l’EAC pour appliquer la force enfin de contraindre le M23 au respect de ces résolutions ? Une préoccupation qui reste malheureusement sans réponse. Et c’est inexplicable pense-t-on dans plusieurs cercles politiques.