Sergueï Lavrov de retour en Afrique en ignorant encore la RDC. Ce qu’il faut retenir…

Sergueï Lavrov de retour en Afrique en ignorant encore la RDC. Ce qu’il faut retenir…
Photo d'illustration (Droits tiers)

La dernière fois que Lavrov était en tournée en Afrique remonte à six mois. La nouvelle tournée africaine du ministre russe des Affaires étrangères a donc débuté ce lundi 23 Janvier 2023.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est en Afrique du Sud au début d’une deuxième tournée africaine. Lors de son voyage de juillet 2022, Lavrov s’est rendu en Égypte, au Congo-Brazzaville, en Ouganda et en Éthiopie, rencontrant également les dirigeants de l’Union africaine, UA, à Addis-Abeba. Déjà la République démocratique du Congo, RDC, n’était pas sur la liste de pays intéressés par le Russie.

Et d’après certaines sources, Lavrov se rendra en Eswatini, au Botswana et en Angola après l’Afrique du Sud. Il retournera ensuite en Afrique du Nord en février pour visiter la Tunisie, la Mauritanie, l’Algérie et le Maroc. Et toujours pas la RDC. Cela reviendrait à 12 pays plus l’UA en un peu plus de six mois – une impressionnante offensive de charme diplomatique sur l’Afrique.

Appeler cela une nouvelle « ruée vers l’Afrique », comme certains aiment à le faire, est clairement hyperbolique. Néanmoins, on ne peut nier que les grandes puissances courtisent énergiquement l’Afrique alors que les relations entre elles se détériorent.

Il sied de rappeler que le nouveau ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, revient de l’Afrique, où du 9 au 16 Janvier 2023, il a visité tour à tour l’Ethiopie, le Gabon, l’Angola, le Bénin et l’Egypte la semaine dernière, sans passer par la RDC.

Lire également : https://lesnews.cd/2023/01/10/le-nouveau-chef-de-la-diplomatie-chinoise-zappe-la-rdc-dans-sa-premiere-tournee-africaine/  

Apparemment, la Chine et la Russie semblent avoir jeté leur dévolue en dehors de la Rdc. De quoi déduire que sur le plan politique, le pays de Tshisekedi est le protégé des Etats-Unis en particulier et de l’Occident en général. Ce qui n’exclut pas d’autres formes de coopération entre Kinshasa, Pekin et Moscou.  

De spécialistes n’hésitent pas à affirmer que les voyages de Qin et de Lavrov en Afrique pourraient être considérés comme des réponses au sommet africain du président américain Joe Biden en décembre, qui semble avoir été un succès et a certainement attiré une grande foule de dirigeants.