Sud-Kivu : 7 communautés de Fizi, Uvira et Mwenga fument le calumet de la Paix à Kinshasa

Trois jours après avoir été ouvert à Kinshasa, le dialogue intercommunautaire pour la paix et la sécurité dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) au Sud-Kivu s’est clôturé ce mercredi 31 mars 2021. A cette issue, les groupes armés se sont engagés de déposer les armes, au terme du processus de cessez-le-feu.

150 participants ont réfléchi du 29 au 31 Mars pour donner la feuille de route pour la paix dans les communautés Babembe, Babuyi, Bafuliru, Banyamulenge, Banyindu, Barundi et Bavira du Sud-Kivu. Une rencontre organisée par l’Interpeace en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, avec pour objectif de trouver les résolutions pouvant mettre fin aux conflits dans ces communautés.

Il ressort de cet « arbre à palabre » que certains groupes armés disent être favorables au programme DDRCS et d’autres peuvent être éligibles à intégrer les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) conformément à la loi. Ils se sont en plus engagés à vulgariser les résolutions issues de ce dialogue de Kinshasa et de se désolidariser des groupes armés étrangers.

Pour leur part, les 7 communautés qui ont pris part à ce dialogue, entre autres Babembe, Babuyu, Bafuliiru, Banyamulenge, Banyindu, Barundi et Bavira, se sont engagées à poursuivre le dialogue aux fins de vider davantage les divergences qui impactent négativement les relations entre elles, sous l’accompagnement des autorités locales, provinciales et nationales ainsi que les leaders des confessions religieuses. Elles recommandent pour cela au gouvernement de mettre en place des mécanismes de prévention et de gestion des conflits dans les entités territoriales décentralisées et sur l’ensemble des hauts et moyens plateaux d’Uvira. Ces communautés encouragent aussi le gouvernement de la République à rassembler les engagements de ce dialogue dans une feuille de route pour faciliter le suivi de la mise en œuvre et organiser des rencontres de suivi des engagements pris.

A noter que pour  l’Interpeace, le but principal était d’arriver à un acte d’engagement, renouveler l’acte d’engagement qu’il y a eu dans le passé, car ce n’est pas seulement à cette occasion présente que les communautés des moyens et hauts plateaux ont commencé à dialoguer entre eux. Un processus qui a été interrompu depuis septembre 2019, tel que l’avait fait savoir à l’ouverture Pacifique Borauzima, représentant d’Interpeace en RDC.

Clôturé officiellement par le Vice-premier ministre de l’Intérieur et Sécurité Gilbert Kankonde, en présence du ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena et du chef de la Maison civile du chef de l’État, Dr Bruno Miteyo, ce dialogue de Kinshasa est voulu par tous une étape décisive pour l’avènement de la Paix dans cette partie de la Rdc. Et pourquoi pas permettre de sortir de ce cycle des violences dont les populations de l’Est souffrent les martyrs depuis de décennies ? Wait and see !

SVP ! Aimez et Partagez
Pin Share
RSS
Suivez par Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share