Tout savoir sur l’anorexie sexuelle et l’éviter… (-18)

Tout savoir sur l’anorexie sexuelle et l’éviter… (-18)

Adult only

L’anorexie sexuelle appelée aussi anaphrodisie est un trouble du désir qui peut survenir seule ou suite à un événement post-traumatique. C’est une pathologie curable selon sa prise en charge. Encore trop souvent tabou, nous en parlons aujourd’hui afin de mieux la comprendre.

Cet article répond en effet aux préoccupations suivantes : quelles les causes de l’anorexie sexuelle ? Existe-il des traitements contre l’anaphrodisie ?

Aussi appelée anorexie sexuelle, l’anaphrodisie est un trouble qui se désigne principalement par l’absence de désir sexuel sous toutes ses formes.

L’anorexie sexuelle touche une minorité de personnes, puisque seulement 1 à 3 % chez les hommes de moins de 50 ans, contre 2,5 à 15 % chez les femmes. Il pourrait survenir notamment en vieillissant.

L’anaphrodisie n’est pas synonyme de perte du plaisir, bien au contraire. En réalité, lorsqu’une personne souffre d’anaphrodisie, elle ne rencontre pas forcément de difficulté à jouir. Mais plutôt, une absence totale de désir sexuel, le rapport n’est alors pas spontané. En effet, la personne n’engage rien et ne répond pas non plus aux sollicitations du partenaire, si elle est dans une relation.

Les causes et les différentes formes de l’anaphrodisie

Il existe deux formes d’anaphrodisie avec, toutes deux, des causes différentes de cette absence de désir sexuel.

Anaphrodisie primaire

La forme primaire de l’anorexie sexuelle témoigne de la présence de ce trouble depuis l’âge des premiers rapports sexuels. Bien souvent, les causes sont médicales ou physiologiques.

C’est au moment de la puberté que le corps, et notamment les organes génitaux se développent. Si une pathologie ou une carence hormonale se développe, il se peut que cela perturbe le bon développement et provoque ainsi, une absence totale de plaisir.

Néanmoins, l’aspect psychologique peut aussi en être la cause, comme par exemple : les angoisses, les traumatismes importants, les violences sexuelles. Ces dernières peuvent être aussi provoquées par le milieu culturel et l’éducation dans lesquels la personne a pu évoluer. Enfin, si les représentations de la sexualité sont négatives et que le dialogue n’est pas possible au sein de la famille, il est possible qu’un refoulement total de la sexualité ou du genre puisse complètement inhiber l’ensemble de la sexualité.

Anaphrodisie secondaire

Contrairement à la forme primaire d’anaphrodisie qui peut se développer à la puberté, la forme secondaire, elle, survient généralement après un événement. Suite à un événement médical, psychique ou relationnel, le désir semble avoir disparu d’un seul coup et durablement.

Les causes de l’anaphrodisie secondaire peuvent être nombreuses.

Les troubles organiques comme les maladies endocriniennes relatives à l’hypophyse et à la thyroïde, ou encore les infections génitales et urinaires peuvent provoquer une absence de désir sexuel chez la femme (source). Concernant l’homme, une dysfonction érectile persistante et non-prise en charge, peut entretenir un rapport d’échec avec la sexualité et entrainer une absence de désir importante.

De plus, la consommation de drogues, de psychotropes, d’antidépresseurs ou d’alcool favorisent le développement de l’anaphrodisie. Enfin, les causes psychologiques ne sont pas épargnées, puisque la dépression, la perte d’emploi, l’anxiété ou même un deuil peuvent être à l’origine d’une anorexie sexuelle.

Quelles sont les conséquences de l’anorexie sexuelle ?

Si sur le plan du plaisir solitaire ce trouble peut être gérable, au sein du couple l’anaphrodisie peut être un véritable souffrance.

En effet, bien souvent la personne concernée peut très bien vivre avec ce trouble sans en éprouver le besoin d’aller consulter, car cela lui semble presque normal de n’avoir aucun désir sexuel.

Or dans le cadre d’une relation, l’anorexie sexuelle entraine plus de difficultés. Les sollicitations du partenaire peuvent être vues comme une source de conflit. Vécues comme une agression, ces sollicitations témoignent en fait de la frustration de la part du partenaire. Si cela ne se termine pas en rupture, c’est souvent le conjoint qui demandera une résolution du problème.

Traitement : comment traiter l’anorexie sexuelle et l’absence de désir ?

L’anaphrodisie est un trouble curable selon sa prise en charge. Plusieurs traitements sont disponibles selon le degré d’absence de désir.

Les médicaments

La prise en charge médicamenteuses est adaptée selon les causes. Si l’anorexie sexuelle est de l’ordre physiologique, un traitement hormonal ou thérapeutique sera alors prescrit.

Les traitements hormonaux spécifiques à la ménopause sont plutôt efficaces. Il nécessite dans ce cas que la ménopause en soit la cause. Enfin, les traitements hormonaux généralement composés d’œstrogène ou de testostérone sont connus comme solutions contre les troubles de la libido. Nous vous expliquons d’ailleurs comment connaitre votre taux de testostérone pour éventuellement détecter une carence.

Les traitements médicamenteux diffèrent entre les hommes et les femmes.

Chez la femme

Une petite dose d’œstrogène sous forme de crème ou de patch au niveau du vagin peut augmenter la circulation sanguine. L’afflux sanguin va provoquer une augmentation du désir sexuel.

Cependant, il doit être temporaire car, à long terme, le traitement hormonal sous œstrogène peut favoriser le développement du cancer du sein ou de maladies cardiovasculaires.

Chez l’homme

Un traitement hormonal à base de testostérone pourrait être la solution afin de retrouver un désir sexuel. Cependant, cela peut avoir plusieurs conséquences.

En effet, utilisé dans le cas de l’andropause, ce traitement n’est pas sans condition puisqu’il peut favoriser la croissance d’un cancer de la prostate. Le patient devra alors se soumettre à un suivi strict et régulier en cas d’anomalie dans ses analyses.

Enfin, des effets secondaires comme l‘élargissement des seins, l’acné, l’augmentation du taux de cholestérol ou encore, l’infertilité peut survenir suite à un traitement hormonal en testostérone.

Le suivi psychologique

Si la cause résulte d’un traumatisme, un prise en charge psychologique est alors nécessaire. Bien souvent, un médecin sexologue saura accompagner la personne dans tout son processus psychologique par : des conseils sexologues, une éducation sexuelle, une prise en charge psychologique à l’annonce d’une maladie ou lié à des abus sexuels.

La thérapie de couple

Lorsque la cause est psychologique, il est important de débloquer les obstacles que la personne a en place. C’est pourquoi si elle est en couple, le médecin sexologue pourra alors faire appel au deux partenaires pour travailler la communication afin d’apprendre :

  • Comment montrer de l’affection et de l’empathie envers l’autre
  • Comment respecter le point de vue et les ressentis de l’autre
  • Comment résoudre un conflit.

Comme la cause de l’anaphrodisie peut être différente pour chaque personne, un traitement est adapté en fonction de chaque cas.

LesNews/Druid-Project