Uhuru Kenyatta a prêché le pardon et la souveraineté aux Congolais réunis à Nairobi

Uhuru Kenyatta a prêché le pardon et la souveraineté aux Congolais réunis à Nairobi

Au troisième jour des troisièmes consultations intercongolaises en cours sur le processus de paix de Nairobi, l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta, facilitateur du processus de paix de Nairobi dirigé par la Communauté de l’Afrique de l’Est, EAC, s’est adressé aux participants. Un message qui a tourné principalement autour du pardon et de la souveraineté.

En effet, les congolais réunis à Nairobi pour le troisième dialogue intercongolais cette semaine ont été invités à accepter le pardon en vue d’une paix durable dans la partie Est la République démocratique du Congo, RDC.

« Bien que la douleur des atrocités commises contre vous soit peut-être trop forte au cours des 20 dernières années, car des vies ont été perdues, des animaux volés et des minéraux volés par des nations étrangères qui sont heureuses de déclencher des conflits en volant vos minéraux, laissant vos enfants incapables d’aller à l’école et que vos mères ne peuvent pas accoucher à l’hôpital, adoptons un cœur qui pardonne et acceptons de nous unir pour apporter une paix durable dans la région », a déclaré l’ancien président kenyan et facilitateur, Uhuru Kenyatta.

Ces pourparlers qui ont débuté le lundi 28 Novembre dernier, réunissent des groupes armés, des groupes de la société civile, des groupes de femmes et de jeunes, des survivants du conflit et des représentants du gouvernement conduits par l’envoyé spécial du président de la RDC Félix Tshisekedi, le professeur Serge Tshibangu.

Les membres des différentes délégations forment environ 350 participants, dont plus de 50 représentent des groupes armés combattant dans l’Est de la RDC.

Toujours dans son message, Uhuru Kenyatta a assuré aux participants que ces pourparlers n’iront pas jusqu’à aborder des discussions sur la souveraineté territoriale de la RDC.

« La République démocratique du Congo appartient aux Congolais et nous ne sommes pas ici pour discuter de la façon dont un pouce de votre territoire sera coupée. Le nôtre (le processus de Nairobi) est de trouver des moyens de coexister les uns avec les autres et de résoudre les conflits qui surgissent entre vous sans prendre les armes les uns contre les autres », a-t-il déclaré.

Le Processus de Luanda étant lié à celui de Nairobi, tentent tous les deux de résoudre le conflit extérieur entre la RDC et le Rwanda.

« Nous pensons que nous trouverons des solutions à partir des deux processus afin que vous puissiez vivre en paix chez vous, que les réfugiés et les personnes déplacées puissent rentrer chez eux et que toutes les armes aux mains des groupes armés soient réduites au silence et remises au gouvernement » a-t-il encore souligné.

Pour rappel, lors du dernier Mini-Sommet de Luanda tenue le 23 Novembre dernier, les États membres de l’EAC ont ordonné au M23 soutenu par le Rwanda et à d’autres groupes étrangers opérant dans l’est de la RDC de mettre fin aux hostilités, de déposer les armes et de libérer sans condition les zones occupées. Choses qui traînent encore.