Rentrée scolaire : Ce qu’a été l’ambiance à Kin, Lubumbashi et Mbuji-Mayi

Rentrée scolaire : Ce qu’a été l’ambiance à Kin, Lubumbashi et Mbuji-Mayi

Placée sous le signe de l’inspection et du réveil pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement, la rentrée scolaire 2022-2023 a effectivement eu lieu le lundi 5 Septembre 2022, sur toute l’étendue du territoire congolais. Mais qu’elle était l’ambiance dans les différentes villes de la République démocratique du Congo, RDC ?

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, EPST, le Professeur Tony Mwaba, a procédé ce lundi 5 septembre 2022 au lancement officiel de la rentrée scolaire édition 2022- 2023. La cérémonie s’est déroulée à Kinshasa, capitale de la RDC, dans l’enceinte du collège Saint-Joseph Elikya, situé dans la commune de la Gombe.

Dans son discours pour la circonstance, le Professeur Tony Mwaba Kazadi a fait savoir que l’année scolaire qui s’ouvre aura à relever plusieurs défis auxquels son secteur a fait face dans le passé.

« Une année scolaire s’est donc clôturée et une autre s’ouvre aujourd’hui. Cette ouverture a été précédée par les assises du Gouvernement congolais-Banc syndical, lesquelles se sont déroulées à Mbuela Lodge, la ténue de la revue annuelle de performance nationale et la toute première table ronde des écoles privées agréés à Kinshasa. Ces trois événements ont permis de jeter le jalon d’une année scolaire d’espoir. C’est pourquoi l’année scolaire 2022-2023, c’est l’année du réveil de la trilogie de l’inspection scolaire, pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement » a-t-il déclaré devant une assistance composée essentiellement d’élèves et du corps enseignant.

Pour le ministre, c’est la première fois, depuis près de 20 ans, que cette rentrée scolaire se déroule sans menaces de grève ou de boycott. Il a également invité les opérateurs pédagogiques à s’engager dans la recherche de l’excellence pour concrétiser la vision du Chef de l’État Félix Tshisekedi.

Faible présence d’élèves et de profs à Kinshasa

A l’EP Kokolo située à Bandalungwa ou au CS Christ la Vie, en passant par l’école Saint Jean-Baptiste à Bumbu, ou le collège Luabu-Kashala dans la commune de Kintambo, pour ne citer que ces établissements, la ronde effectuée par notre reporter Kemie, a laissé voir que plusieurs élèves et  enseignants n’avaient pas repris l’école. De classes sans élèves, si pas des élèves non pris en charge par un enseignant.

La hausse de prix sur le marché des fournitures scolaires couplé au manque de moyens pour la confirmation et inscriptions des enfants tant dans les écoles publiques que privées, est la version de réponse donnée par certains parents approchés. Tout le monde espère que d’ici à une semaine, le rythme de présence va s’améliorer.

Les élèves pas trop visibles à Mbujimayi

A Mbujimayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, le go de cette rentrée scolaire a été donné dans la cité de Tshilenge, territoire portant le même nom, par le ministre provincial Sankayi de l’Education à l’Ecole Primaire.

Des élèves dans une école à Mbujimayi le lundi 5 Septembre 2022 (Photo droits tiers)

Dans différentes rues de Mbujimayi, les élèves en uniforme bleu-blanc ont été moins visibles en ce premier jour de la reprise des classes. Les différents établissements scolaires qui ont ouvert leurs portes attendaient désespérément les élèves, qui se sont fait désirer. Les salles de classe étaient quasiment vides, mis à part quelques élèves dont les parents avaient fait l’essentiel. Une situation qui s’explique, entre autres, par les difficultés socioéconomiques qu’éprouvent plusieurs familles aux revenus modestes, renseigne notre correspondant Moïse. Pas d’effervescence donc. Après deux mois de vacances, les élèves du secteur de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, EPSP, continuent de tirer en longueur leurs congés, pas encore pressés d’emprunter le chemin de l’école.

Rentrée effective mais timide à Lubumbashi

Dans certains établissements scolaires comme le collège Imara situé dans la commune de Lubumbashi,  quartier Makomeno, indique Yarlive notre correspondant, quelques élèves étaient visibles dans la cour de l’école tôt le matin avant d’accéder dans les salles de classe.

Le Collège Imara à Lubumbashi ce lundi 5 Septembre 2022 (Photo droits tiers)

Ce qui n’était pas le cas dans quelques établissements de la périphérie visités, à l’exemple du complexe scolaire Maria Assunta 1, ou les élèves n’ont pas massivement répondu à cette première journée de la rentrée des classes. Déplorant cet état des choses, le préfet de cette école Aloïs Musamba invite les parents au respect de la première journée de la rentrée de classe d’autant plus que le premier jour détermine aussi l’élan de l’élève.

Pour certains observateurs, l’Etat Congolais en particulier et la société congolaise en général, doivent inventer de solutions en vue de changer effectivement les choses. Car, c’est depuis belle lurette que les premiers jours de la rentrée scolaire sont dans la plupart de cas moins animés par manque d’élèves et même d’enseignants. Alors que le premier jour compte tout autant que les autres dans la durée des jours d’une année scolaire en RDC.