Guerre de l’Est : Le M23 va-t-il bientôt libérer les zones occupées ?

Guerre de l’Est : Le M23 va-t-il bientôt libérer les zones occupées ?

Quelque chose semble bouger ces dernières heures sur le plan politique et diplomatique, dans la guerre d’agression dont la République démocratique du Congo, RDC, est victime de la part du Rwanda sous couvert du M23. Ce dernier fait l’objet des pressions politiques et diplomatiques considérables, à en croire les déclarations faites ce vendredi 18 Novembre par Uhuru Kenyata d’une part et d’autre part les États-Unis et des envoyés spéciaux des Grands Lacs de la Belgique, de la France et du Royaume-Uni.

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi, Uhuru Kenyatta affirme que Paul Kagame a accepté d’assister le facilitateur EAC sur la crise dans l’Est de la RDC, en demandant au M23 de cessez-le-feu et libérer les zones occupées.

De leur côté, « Les États-Unis ainsi que les envoyés spéciaux des Grands Lacs de la Belgique, de la France et du Royaume-Uni condamnent dans les termes les plus forts l’avancée continue du groupe armé illégal du Mouvement du 23 mars (M23) sanctionné par l’ONU en RDC », lit-on dans une déclaration publiée ce même vendredi.

« La reprise de la violence depuis le 20 octobre, y compris dans et autour des villes de Rutshuru, Kiwanja, Rumangabo et Kibumba, sape les efforts de paix et a aggravé l’insécurité et d’importantes souffrances humaines », poursuit ladite déclaration, qui conclut : « Nous appelons le M23 à se retirer immédiatement, à mettre fin à tout acte violant le droit international et à cesser les hostilités ».

Reste à savoir si toutes ces déclarations seront suivies d’effets, alors que plusieurs observateurs estiment que la montée en puissance des forces loyalistes congolaises augure des lendemains avantageux sur les champs des batailles. Wait and see !