Leaderboard Ad

Le Journaliste Papy Mahamba sauvagement assassiné en Ituri après son émission sur Ebola

Le drame s’est produit dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 Novembre 2019, par des hommes non autrement identifiés. Nos confrères de cette partie de la Rdc qui ont livré la triste nouvelle renseignent que ces assassins ont commis leur crime avec des armes blanches, notamment des machettes.

En effet, présentateur des informations en langue Lingala à la radio communautaire de Lwemba, le journaliste Papy Mahamba a vu sa vie fauchée après l’attaque de sa résidence à Lwemba dans territoire de Mambasa en province de l’ituri. Cela est arrivé aussitôt quelques heures seulement après que l’illustre disparu, qui travaillait dans le cadre de la riposte de la maladie à virus Ebola, ait tout justement animé une émission sur cette épidémie qui a lourdement endeuillé la République démocratique du Congo dans sa partie Est.

D’après le responsable de l’ONGDH Convention pour le développement des peuples forestiers CODEPEF, un réseau d’organisations de défense de droit de l’homme basé en Ituri , et cité par notre confrère dépêchesdelatchopo.com, l’épouse de Papy Mahamba est sortie grièvement blessée de cette attaque.

Ce crime que vient d’enregistrer le monde médiatique congolais ajoute encore plus de l’obscurité dans la situation toujours alarmante qui continue de caractériser la profession journalistique en Rdc.

Lire également https://www.lesnews.cd/?agression-d-dinanga-quand-nscc-jed-ffj-milrdc-et-le-monde-s-en-melent

En finir avec les années de prédation...

Dans un rapport publié le vendredi 1er Novembre 2019 dans le cadre de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, célébrée dans le monde le 2 Novembre de chaque année, l’ONG congolaise Journaliste en Danger, JED, a présenté le diagnostic de la liberté de la Presse englobant la période électorale et les dix premiers mois au pouvoir du Président Félix Tshisekedi.
Bien que ledit rapport constate une «  Accalmie précaire après la tempête des élections  », on note cependant que beaucoup reste encore à faire dans ce domaine.

Le lâche assassinat dont vient d’être victime le journaliste Papy Mahamba en est une illustration flagrante.

S’exprimant à cette occasion sur les ondes de notre consœur la Rfi, TshivisTshivuadi, Secrétaire-Général du JED, s’est étendu sur la question.

« Pour nous, cette transition politique ne sera historique qu’à partir du moment où elle nous permettra de tourner effectivement la page de toutes ces années de prédation de la liberté de la presse que nous avons connues pendant l’ancien régime. Pour nous, une nouvelle ère de la liberté de la presse signifie qu’aucun journaliste ne peut plus être envoyé en prison à cause de son travail, que nous ne voulons plus continuer à faire le deuil pour des journalistes qui sont assassinés, qu’aucun média ne doit plus être réduit au silence. Cela signifie aussi en finir avec les coupures d’Internet que nous avons connues. Donc, nous disons : merci beaucoup. Nous avons entendu les nouvelles déclarations, les belles déclarations d’intention politiques des nouvelles autorités. Nous disons : c’est bien. Maintenant, il faut aller au-delà… cela passe par un certain nombre de réformes et parmi les plus importantes, celle concernant la loi actuelle sur l’exercice de la liberté de la presse. Cette loi existe toujours, alors qu’elle comprend des dispositions trop répressives sur les journalistes et qu’elle ne prend pas en compte les évolutions technologiques que nous avons connues, y compris sur le plan des médias », a déclaré Tshivis Tshivuadi.

Le cas Mahamba illustre aussi l’impérieuse nécessité pour l’État Congolais de prendre à bras le corps l’épineuse équation de la sécurisation en général de la région trouble de l’Est de la Rdc. Les opérations d’envergure que viennent de lancer les Forces de sécurité de la Rdc contre les groupes armés qui écument cette partie méritent l’appui des populations. Sur ce point en tout cas des analystes sont vraiment formels.

Partager

Envoyer un commentaire / message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.